Nous sommes exactement face à l’IA comme étaient nos ancêtres face aux images qui bougeaient quand le cinéma est apparu et cela les impressionnait tellement qu’ils en étaient tout « retournés ».

Octobre 2023

La bêtise de l’Intelligence Artificielle

 


Depuis quelques mois l’on assiste à la ruée du public vers les outils utilisant l’Intelligence artificielle pour générer par exemple des photos ou, ce qui a retenu mon attention, du contenu textuel à partir de quelques indications. Mais si l’on n’est pas un collégien boutonneux incapable d’écrire la moindre ligne et ayant recours à l’IA pour faire son devoir l’on risque fortement d’être déçu. Les générateurs gratuits de texte par IA sont assez limités et un certain nombre de sociétés proposent des abonnements mensuels de plusieurs dizaines d’euros pour générer quelques dizaines d’articles avec leurs outils. J’en ai trouvé une, dont je tairai le nom pour ne pas lui faire de la contre-publicité vu les résultats, qui permet de générer gratuitement 3 articles par mois et j’ai donc créé 3 articles grâce à son IA (voir leur contenu en haut à gauche - Article 1, Article 2 et Article 3).
Le premier article a été généré grâce à l’indication « La situation politique actuelle en France » et quand on le lit on découvre avec stupeur que « Les dernières élections majeures en France ont été les élections présidentielle et législative de 2017 ». Il est donc évident que l’IA n’a pas réalisé que nous étions en 2023 donc qu’elle n’a pas compris « situation actuelle ». Ce n’est pas très grave, me direz-vous, puisque cela peut sans doute être corrigé en indiquant « en 2023 » à la place de « actuelle » (« La situation politique de la France en 2023 ») mais quand même ! donc échec total pour le premier essai.
La seconde tentative, elle, a consisté à demander la génération d’un texte à partir de la question suivante : « Qui pour remplacer Emmanuel Macron en 2027 ? » (voir Article 2) et là c’est assez drôle. Tout n’est pas idiot quand on lit « Edouard Philippe : un successeur potentiel » mais quand on découvre que pour les autres possibles successeurs il y aurait, en plus de Gérald Darmanin et Bruno Le Maire, Arnaud Robinet, maire de Reims, on se demande si ce dernier n’a pas piraté le système informatique pour être cité. Et pour les autres candidats on est surpris de lire que, pour la gauche, François Hollande serait un autre candidat possible mais surtout et c’est là que cette IA atteint le degré ultime de la bêtise que parmi les personnalités politiques citées dans cet article comme pouvant succéder à Macron il n’y ait pas de candidat(e) du Rassemblement National comme si ce parti n’existait pas et n’avait pas récemment contraint les « amis de Macron » à déclarer leur possible candidature 4 ans à l’avance pour essayer de faire en sorte que l’extrême droite n’accède pas au pouvoir. Si encore c’était toujours gratuit mais payer pour obtenir un tel résultat cela s’appelle du vol.
Enfin pour le troisième essai avec la question « Pourquoi les textes générés par l'intelligence artificielle sont-ils si bêtes ? » j’ai obtenu un résultat à peu près correct (Article 3) mais je suppose que le site en question, ayant souvent ce genre de question bateau, avait une réponse toute prête, c’est-à-dire déjà rédigée, et que l’IA, dans ce cas, s’est contentée de faire du « copier-coller ».
Tout ceci pour dire que ce n’est pas au point, qu’il est sans doute trop tôt et qu’il faudra attendre une dizaine d’années pour que ce soit à peu près acceptable et aussi qu’il faut être pour l’instant assez bête pour payer pour créer des textes grâce à l’IA. Quant à son utilisation on va s’en rendre compte très vite en lisant par exemple des pages Internet car si c’est encore pire que d’habitude c’est que les textes auront été créés grâce à l’IA. Il existe bien sûr des outils (sites) permettant de vérifier si l’IA a été utilisée pour générer des textes, par exemple pour des professeurs étonnés par des copies d’élèves ordinairement assez nuls, mais il semble qu’ils ne soient pas au point car ils ont conclu que les extraits de mes articles générés par IA que je leur ai soumis étaient bien d’origine humaine. Mais « détectable » ou non, l’Intelligence Artificielle suscite à la fois l’intérêt et la crainte du public, beaucoup trop d'intérêt car même si elle nous surprend après tout ce n’est qu’un outil que l’on est libre d’utiliser ou non pour diverses raisons. Et il faut comprendre que ces outils que nous avons à notre disposition ne sont en fait que des « gadgets grand public » permettant seulement de créer des images stéréotypées ou des textes un peu bêtes grâce à l’IA, gadgets sans rapport avec la véritable et essentielle utilisation que l’on pourra peut-être faire un jour de l’IA en lui demandant de résoudre, grâce à des systèmes quantiques, des problèmes très complexes par exemple dans des domaines tels que la santé ou l’environnement. Dans ce cas seulement l’IA méritera son nom, nos applications IA n'étant que de l'automatisation pour les nuls.

 
 
 
 
   
142