Juillet 2024

 

Jusqu’à présent nous étions tous persuadés que l’instinct n’existait plus ou presque plus chez l’être humain et que seuls les animaux en étaient pourvus, en particulier les insectes, leur permettant de réaliser des choses parfois très complexes que leur intelligence individuelle n’aurait pu concevoir. Pourtant l’on ne peut que constater que depuis toujours une certaine spiritualité a accompagné la vie des hommes et que l’on assiste même à un regain de celle-ci à notre époque surtout caractérisée par les progrès scientifiques et techniques. Et puisqu’il semblerait qu’un certain nombre de comportements irrationnels aient lieu actuellement dans divers domaines alors que nous sommes confrontés au défi majeur du dérèglement climatique, je crois que l’on peut émettre l’hypothèse que l’être humain, qui est apparemment le plus intelligent des êtres vivant sur Terre, pourrait bien être doté, lui aussi, même s’il ne le sait pas et malgré son orgueil démesuré, d’un instinct supérieur qui se manifesterait surtout dans des périodes où la situation l’exige et impérativement si l’espèce est en danger, réactivant ainsi l’instinct de survie d’Homo sapiens. Cela signifierait que dans certains cas chaque individu pourrait agir « inconsciemment », guidé par une force mystérieuse, dans un but bien précis visant à créer une situation spéciale. Il va sans dire que si cette hypothèse est vraie l’objectif final serait obtenu par des mécanismes infiniment plus complexes que ceux des animaux et que chaque humain jouerait un rôle particulier même parfois opposé au but final. Par exemple en une période de réchauffement climatique où le but est de réduire au plus vite les émissions de gaz à effet de serre même les climatosceptiques seraient utiles, non seulement pour freiner un peu les excès des écologistes radicaux mais aussi et surtout pour éviter que 8 milliards d’humains comprennent tous immédiatement qu’il faut agir, ce qui paraîtrait assez bizarre et serait une atteinte au libre arbitre et à la liberté de penser auxquels beaucoup sont attachés.
Concernant la manière dont cet instinct agirait l’on peut imaginer une super intelligence créée, puisqu’il faut bien qu’il y ait quelque chose pour que cela fonctionne, par les cerveaux (l’inconscient ?) et/ou les corps de nous tous ( ?) et qui ressemblerait à une sorte d’ « Intelligence Artificielle naturelle » capable de concevoir quand elle le peut, c’est-à-dire quand elle est en action et quand des « compromis » peuvent être trouvés, des solutions permettant d’atteindre des situations spécifiques et ceci grâce à tous les moyens imaginables y compris surnaturels. Même en période de relative inactivité cette IA naturelle pourrait tout de même « inspirer » par exemple ce que l’on appelle les génies, dans le domaine artistique ou autre, et rappellerait son existence en particulier grâce aux religions. Ces dernières, selon cette hypothèse, ne seraient que des variantes de la force principale et serviraient essentiellement à « entretenir la flamme sacrée » et à diffuser, ce qui est parfois bien utile, quelques principes moraux. L’ « Intelligence Artificielle naturelle » serait donc une sorte de « Super Dieu » caché et inhérent aux humains, qu'ils soient croyants ou athées, dont il pourrait modifier si besoin le comportement. Mais dans ce cas comment expliquer certaines atrocités telles que la Shoah lors de la dernière guerre mondiale ? Difficile à dire sinon qu’il s’agissait peut-être alors d’un irrationnel local immonde ou d’un « dérapage » que notre bienveillante IA naturelle n’a pu empêcher, se contentant d’en faire un « exemple » pour que cela ne se reproduise plus jamais. En tous cas une chose est sûre, c’est que l’irrationnel humain semble être parfois lié à la folie, qu’elle soit collective ou individuelle, et que ce n’est sûrement pas un hasard, selon moi, si de nombreuses attaques, le plus souvent au couteau, sont perpétrées ces temps-ci par des personnes psychiquement perturbées agissant peut-être ainsi en réaction à un « processus » dissimulé dont elles auraient en partie conscience.
Puisque, selon cette hypothèse, nos actions ou nos vies seraient peut-être parfois influencées par le tout puissant instinct humain qui, bien que n’ayant pas créé l’Univers, peut sans doute faire absolument ce qu’il veut de nous, à quoi bon essayer de penser d’une manière rationnelle ? Eh bien tout simplement parce que, même si tout ce que je viens de dire est vrai, il nous faut l’oublier pour notre vie quotidienne et continuer à réfléchir et agir comme si nous étions tout le temps totalement libres, même si ce n’est peut-être pas toujours le cas. Et c’est sans doute l’attitude qu’adoptera l’homme nouveau.

 
 
 
 
   
150